LIBRES PAROLES : LE CARICATURISTE JEAN-MICHEL RENAULT CONFRONTÉ À L’AFFRONT NATIONAL

Publié par Alexandre FAURE

Vendredi 26 mai 2017 | Libres Paroles

À gauche : caricature de Jean-Michel Renault par Moine, © Moine. À droite Marine Le Pen censurée, © Jean-Michel Renault.
À gauche : caricature de Jean-Michel Renault par Moine, © Moine. À droite Marine Le Pen censurée, © Jean-Michel Renault.

En 2006, le dessinateur de presse Jean-Michel Renault s'est distingué par la sortie de son livre « Censure et caricatures », ouvrage de référence sur les atteintes à la liberté d’expression dans l’histoire du dessin de presse depuis Gutenberg jusqu'à l'affaire des caricatures de Mahomet. 9 ans plus tard, en mai 2015, il est devenu lui même la cible de l’extrême droite française qui lui attentait un procès pour « injure publique », pour un dessin publié dans le journal Nord Littoral. Au Salon du dessin de presse de Virton en Belgique il a été salué par le Prix du Festival. Nous sommes allés à sa rencontre. Un entretien qui montre combien en 2017 la liberté d’expression reste un combat de tous les jours.

Le Crayon - Le Front National vous a poursuivi en justice pour un de vos dessins. Pouvez-vous nous en parler ?

Jean-Michel Renault - Il s’agissait de traduire en dessin le rassemblement, devant le parvis de l’Hôtel de ville de Calais, de tous les groupuscules faschistes et néo nazis de France qui exigeaient que l’on jette à la mer tous les migrants de la Jungle. Toute la presse nationale et internationale avait retransmis des images aux 20h où on voyait des saluts hitlériens et des banderoles sans équivoque… Mon dessin était une réponse à la manière de Tintin dans le sarcophage flottant des « Cigares du pharaon », lesquels prennent la forme des lettres « SS ». Le type de gauche, nommé Dubout (soi-disant un petit neveu d’Albert), qui est le chef de file F.N. de Calais, a trouvé mon dessin « injurieux »…

 

Dessin de Jean-Michel Renault incriminé. © Jean-Michel Renault

Après plus de deux heures d’âpres plaidoiries, j’ai été innocenté en délibéré, mais le sieur Dubout a fait appel… donc rebelotte, au printemps 2017… et ce n’est pas gagné d’avance car dans le nord 40 % des gens votent F.N.…

Le sieur Dubout m’a en fait intenté deux procès. Le second porte sur mon appel à dessins de soutien posté sur facebook. Dans mon texte il a trouvé injurieux de prétendre qu’il faisait parti des meneurs de cette manifestation de faschos. Selon lui il était là, seulement « par hasard »... , au milieu de la foule tout contre l’estrade, applaudissant sous les mains levées, … Bien sûr qu’il apportait sciemment son soutien à cette manifestation car sa tronche est connue de tous, mais cette fois, il a gagné !!!!! J’ai, à mon tour fait appel. Re et rebelotte donc …

C’est en fait un procès dont profite la justice pour créer de la jurisprudence sur tous les problèmes liés aux réseaux sociaux. Les juges ne ratent pas une occasion d’infliger des peines aux posteurs sur Facebook, pour calmer les échanges…. Alors, mes amis, faites bien gaffe, Facebook est considéré comme un média de grande diffusion et les prunes encourues sont sévères !!!!

Le Crayon - Vos dessins consacrés à l’extrême droite ou au Front National mettent d’avantage en scène ses dirigeants, Jean-Marie, Marine ou encore Marion Maréchal Le Pen que les militants ou sympathisants du parti. Pourquoi ce choix ?

Jean-Michel Renault - Je ne fais dans ces dessins qu’illustrer des actualités du moment, certaines locales, d’autres nationales, en fonction des journaux qui les ont publiés. Il s’agit en l’occurrence du quotidien d’information générale du Calaisis, le « Nord Littoral » comme ici dans ce dessin mettant en scène le candidat F.N. Philippe Olivier pour les législatives à Calais, ou encore l’hebdomadaire satirique de Montpellier, « L’Agglorieuse ».

L’espace Renault, du dimanche 21 mai 2017, dans Nord Littoral. © Renault

Dans la famille F.N., je voudrais Le Père... © Renault

Dans la famille Le Pen,je voudrais... la fille! © Renault

La famille Le Pen représente à elle seule toute l’histoire du F.N. et les visages du père, de la fille et de la nièce sont connus de tous. Puisque la caricature se nourrit d’images et de symboles pour passer des idées, rien de plus simple que de mettre en scène un Le Pen pour évoquer ce parti. Pour une actu locale liée au F.N. j’ai plutôt mis en scène les responsables locaux, accompagnés au besoin de Jean-Marie ou de Marine…

Le Crayon - Dans l’histoire de l’extrême droite ou du F.N. quel fait ou quelle phrase vous a le plus scandalisé ?

Jean-Michel Renault - Tout me scandalise dans les propos du F.N. À chaque fois que le père a ouvert et ouvre encore sa gueule c’est pour aboyer des insanités. À chaque fois que la fille entre en scène c’est pour nous jouer la comédie de l’oie blanche qui sermonnerait le père sur ses dérapages pour tenter de faire oublier la xénophobie et le cynisme permanent du F.N. On assiste aujourd’hui à une représentation de Comedia del arte abjecte. 

© Renault, Comedia dell'arte

Ce qui me scandalise c’est justement que de plus en plus de Français sont dupes, surtout les jeunes puisqu’ils ne prennent pas le temps de se renseigner plus en profondeur et rechignent surtout à tirer enseignement de l’histoire. Ce qui me scandalise enfin, c’est que l’immense majorité de la presse ne dénonce pas cette mascarade… en cela je considère qu’elle est aujourd’hui complice de la montée de l’Affront National dans les intentions de vote. Mais est-ce que la presse est encore indépendante ? La question se pose de plus en plus lorsqu’on voit dans quelles mains se concentrent aujourd’hui les derniers journaux papier…

Le Crayon - Que redoutiez vous le plus dans le cas d’une victoire de Marine Le Pen aux  élections présidentielles ?

Jean-Michel Renault - La sape inéluctable (et d’ailleurs annoncée) sur notre liberté d’expression. Pour nous dessinateurs, chaque trait d’humour nous exposerait à des procès, plus ouvertement encore… 

Le Crayon - Le F.N. a changé son logo pour les  élections présidentielles : Une rose bleue, dont la tige sépare le slogan "Marine / présidente". Si vous aviez à imaginer un logo pour le parti du Front National, quelle forme prendrait-il ?

Jean-Michel Renault - Deux masques de carnaval, voisins de ceux de Scream plutôt que de clowns, car on ne rirait plus du tout ! 

© Renault

Le Crayon - Les références du Front National à un passé mythique sont nombreuses. Ses dirigeants et militants égrènent régulièrement leurs discours de mots ou de références telles que les « Traditions », les « Racines ».  Je pense aussi à cet interview où, en septembre 1982, Jean-Marie Le Pen, alors président et fondateur du Front National, au « Tribunal des Flagrants Délires » répond à la question : quel est votre personnage préféré ? : « Jeanne D’Arc ».  Quelle serait selon vous la figure du passé, homme ou femme célèbre qui collerait le mieux au F.N. ?

© Renault

Jean-Michel Renault - Je m’insurge lorsque je vois L’Affront National s’accaparer des personnages, images et symboles de mon pays : je ne suis pas du tout catholique, mais je considère que Jeanne d’Arc, qui est plus un personnage de légende que d’histoire, ne leur appartient pas ! Et encore moins la Marseillaise et les couleurs associées bleu-blanc-rouge !  Comme il est judiciairement dangereux d’associer l’image du F.N. avec les horreurs nazies, je ne citerai pas Hitler aussi je préfère rester dans le domaine du dessin et trouver des ressemblances entre Marine et Madame Mimme, l’affreuse sorcière de Merlin L’Enchanteur des studios Dysney. Mais la figure la plus appropriée serait en définitive « Anastasie », madame Censure dessinée par André Gill pour L’Eclipse en 1874…

Le Crayon - D’aucuns s’étonnent au nom de la liberté d’expression de la différence de traitement entre l’humoriste Dieudonné  qui affirmait se sentir « Charlie Coulibaly » et l’hebdomadaire satirique  Charlie Hebdo, qu’en pensez-vous ? Marine Le Pen lui a sans ambiguïté apporté son soutien. Qu’en pensez-vous ? et pensez-vous réellement que les propos de l’ « humoriste ont à voir avec le droit à l’humour ou le droit à la critique ?

Jean-Michel Renault - Dieudonné est un provocateur sans grand scrupule qui dérape volontiers lorsqu’on lui tend un micro. Il a l’immense travers d’être depuis tout petit (cela tient sans doute que sa mère l’est) antisémite… et de le laisser paraître dans ses propos… ce qui fait que le monde du spectacles et des médias l’a aussitôt diabolisé et blacklisté. Entre diabolisés, le F.N. et Dieudo, se sont trouvés des affinités, des liens. Bon, quoi dire de plus ? Que j’ai eu l’occasion de l’interviewer au théâtre de la main d’or lorsqu’il produisait son spectacle sur la Laïcité (en 2005), que j’ai trouvé fort juste à l’époque. Je lui avais montré la caricature que j’avais faite de lui à l’époque (pour « Mines de rire »)… il avait apprécié de se voir en Diable : « Dieu donné en Diable » !... et fut il est vrai très courtois. Le dieudobashing qu’il subit depuis des années me semble exagéré car il ne dit pas que des insanités et est aussi un excellent comédien. Il faut faire un grand tri dans ce qu’il dit… Après, c’est sur, je n’en ferai pas le parrain d’un de mes petits-enfants ! 

Le Crayon - Pensez-vous qu’une victoire de ce parti aurait risqué de remettre en cause la législation sur la liberté d’expression ?

Jean-Michel Renault - C’est certain ! Sachant que le F.N. a très bien compris qu’il y a mieux que les lois pour intimider les francs tireurs et museler la controverse : il y a la jurisprudence ! C’est pourquoi ils sont toujours prompts à intenter des procès dès qu’ils pensent pouvoir invoquer l’ « injure ». J’en fais les frais en ce moment…

Dessin de soutien de Pierre Ballouhey à Jean-Michel Renault lors de son procès. © Ballouhey

 Tant qu’il ne seront pas au pouvoir on sera en démocratie, aussi j’ai encore, aujourd’hui, le droit de penser, de dire et de dessiner !

Entretien réalisé par Alexandre FAURE

Articles de Pierre Ballouhey au sujet du procès de Jean-Michel Renault :

Parole à la FECO : « Le dessinateur Jean-Michel Renault gagne en procès face au Front National. »

Parole à la FECO : « La Pas de Calais apaisé ». Le Procès du dessinateur Jean-Marie Renault face au FN. 

Jean-Michel Renault participe à l'exposition collective itinérante : "Le F.N. au bout du crayon. Caricatures, dessins de prese et liberté d'expression."

Dans la même rubrique Libres Paroles :

- Il était une fois Samya Arabi. 

- Le dessinateur Pierre Ballouhey.

Camille Besse vous souhaite "ni Dieu nichon!"

Marie-Thérèse Besson, Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine de France.

Angel Boligan, le dessinateur de presse qui aurait voulu signer Guernica.

- Le dessinateur Fathy Bourayou.

Faujour, "le Pitbull du dessin de presse." 

- Il était une fois à Nuit Debout : le Groupe Cachan.

Saad Hajo, dessinateur syrien en exil.

Nadia Khiari, alias Willis from Tunis.

- Le réalisateur Olivier Malvoisin.

Stéphane Manier de Reporters sans Frontières.

Richard Martin, le seigneur du Toursky.

Gustave Parking, le clown poète

- Picha, l'interview, ou comment rire de tout (Une vidéo du Crayon).

Kianoush Ramezani, un homme libre.

Bernard Rodenstein, le chemin de la fraternité

- Le caricaturiste Jean-Michel Renault confronté à l'affront national.

Trax, la Pasionaria du dessin de presse.

Fawzia Zouari, un Islam éclairé.  

Retour au listing