Libres paroles : Samya Arabi ou la graine de l'espoir

Publié par Alexandre FAURE

Vendredi 23 février 2018 | Libres Paroles

© Rachid Koraïchi, Illustration pour "Tu es mon amour depuis tant d'année, Textes de Nancy Huston, éditions Thierry Magnier, 2001 © Rachid Koraïchi, Illustration pour "Tu es mon amour depuis tant d'année, Textes de Nancy Huston, éditions Thierry Magnier, 2001

Samya Arabi est une militante de la fraternité et du vivre ensemble. En janvier elle débattait avec nous des droits des femmes lors de la soirée ciné débat que Le Crayon avait organisé à Ramatuelle autour du film "No Land’s song" du réalisateur iranien Ayat Najafi traitant de l'interdiction faite aux femmes iraniennes de chanter en public. Pour clore la soirée Samya Arabi avait lu un texte, sa façon à elle de planter la graine de la tolérance.

De l’orient à l'occident le visage de la femme est pluriel,

© Rachid Koraïchi, Illustration pour "Tu es mon amour depuis tant d'année, Textes de Nancy Huston, éditions Thierry Magnier, 2001

l’histoire du monde s’est écrite aussi autour et à travers elles.

 Au sein de toutes les nations on trouve des femmes en action, il y a toujours des voix féminines qui s’élèvent qui portent des projets et qui amènent les sociétés à changer, parfois cela prend du temps mais tant d hommes, tant de femmes veillent à la liberté des êtres.

À travers les âges elles ont connu et connaissent encore dans certains pays, l’oppression. Mais on ne connait aucune nation qui n’ait en son sein des voix de femmes qui se sont élevées pour faire évoluer les mentalités sur leur propres conditions.

Elles ont reçu le pouvoir d’enfanter, elles ont un rôle d’éducation et beaucoup d’entre elles s’attachent à transmettre tant de valeurs y compris celle du joyau qu’est « l’édifice du respect de la femme ». C’est un devoir pour chacune d’entre elles que d’insuffler, aux générations futures, à travers les mots et les actions, cette importante notion de respect envers chaque être, qu’il soit homme ou femme, en effaçant ce rapport de force ou de domination que certaines sociétés patriarcales s’approprient.

Toutes ces nations ont ses voix féminines qui s’expriment et prennent la parole pour celles qui n’osent pas le faire. Elles osent à travers les mots, les dessins, le chant, la peinture, la sculpture, la danse, elles osent et déposent des moyens d’expressions.

Elles livrent leurs messages de femmes libres et délivrent des pensées enfermées pour que la liberté s’accorde aussi universellement au féminin.

 S’il y a des êtres à qui on doit rendre hommage c est bien à ces femmes qui s’élèvent avec altruisme, qui prennent de vrais risques pour emmener d autres femmes à acquérir des droits. Aussi infime que soit la graine de l’espoir,  tout ce que l on sème et met en œuvre aujourd’hui prendra vie dans les sociétés de nos prochains demains… Aucun voile dans le monde n’a le pouvoir de rendre la femme invisible, même couverte elle garde son identité et garde une part bien active dans le monde.  Elle slalome parfois entre les dictats et les interdits pseudo religieux pour continuer à être ce qu’elle aspire à être.

 Alors encore une fois, n’oublions pas  aussi infime que soit la graine de l’espoir,  tout ce que l’on sème et met en œuvre aujourd’hui prendra vie dans les sociétés de nos prochains demains.

Samya ARABI

Nous avions déjà recueillis ses  propos dans le cadre de notre rubrique Libres paroles à la suite des événements de janvier 2015 où Samya Arabi avait pris la parole publiquement à Cogolin (Var). 

 

© Rachid Koraïchi, Illustrations pour "Tu es mon amour depuis tant d'année, Textes de Nancy Huston, éditions Thierry Magnier, 2001

DANS LA MÊME RUBRIQUE LIBRES PAROLES :

- Il était une fois Samya Arabi. 

Samya Arabi ou la graine de l'espoir.

- Le dessinateur Pierre Ballouhey.

- Smitha Bhandare Kamat, engagée et inspirée : Quand Liberté d'expression rime avec compassion !

- Smitha Bhandare Kamat, committed and inspired : When freedom of expression rhymes with compassion !

मुक्त संवादः स्मिता भांडारे कामत, बांदिलकी आनी उर्बा आशिल्ली व्यंगचित्रकारः जंय व्यक्तीस्वातंत्र्याक मेळटा करूणेची जोड! 

Cécile Bertrand Un humour qui frappe toujours au centre de sa cible.

Camille Besse vous souhaite "ni Dieu nichon!"

Marie-Thérèse Besson, Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine de France.

Angel Boligan, le dessinateur de presse qui aurait voulu signer Guernica.

 - Le dessinateur Fathy Bourayou.

- "Green is good" pour le journaliste indépendant Bruno Caïetti 

-  La caricaturiste Cristina s’engage pour les doits des femmes

- A cartunista Cristina Sampaio em defesa dos direitos da mulher

Liza Donnelly place 2018 sous le signe des droits des femmes.

Liza Donnelly is dedicating 2018 to the rights of women.

Faujour, "le Pitbull du dessin de presse." 

- Il était une fois à Nuit Debout : le Groupe Cachan.

Saad Hajo, dessinateur syrien en exil.

- Le Théâtre, c'est la liberté d'expression la plus aboutie ! Flore Hofmann, metteur en scène, nous en parle avec passion. 

- Le F.N. au bout du crayon de Jiho.

Nadia Khiari, alias Willis from Tunis.

Nadia Khiari et son chat Willis, l’ardeur au service des femmes et de la liberté d’expression.

- Le réalisateur Olivier Malvoisin.

Stéphane Manier de Reporters sans Frontières.

Richard Martin, le seigneur du Toursky.

- Un trait pour faire bouger les lignes ! À la rencontre de Mitu, la caricaturiste bangladaise.

- Draw to move the rows ! Meet Mitu, the cartoonist from Bangladesh !

Gustave Parking, le clown poète

Picha, l'interview, ou comment rire de tout (Une vidéo du Crayon)

- Le F.N. au bout du crayon du caricaturiste Placide.

Kianoush Ramezani, un homme libre.

Bernard Rodenstein, le chemin de la fraternité.

- Le caricaturiste Jean-Michel Renault confronté à l'affront national.

- Pour Swaha, caricaturiste Franco-Libanaise, le dessin de presse est une arme à la puissance redoutable.

Trax, la Pasionaria du dessin de presse.

- La caricaturiste Trax bouscule les conventions !

Fawzia Zouari, un Islam éclairé.  

Retour au listing