La Laïcité, piqûre de rappel

Publié par Heliane BERNARD

Mercredi 09 décembre 2015 | Laïcité

Effel_Laïcité

A l’origine de la laïcité, il y a des hommes de lettres qui, comme Voltaire, ont voulu éclairer les esprits.

Ils affirment que, guidé par la raison et le savoir, l’homme peut se débarrasser des superstitions entretenues par l’Eglise et penser par lui-même, ce qui signifie être libre.

Ils veulent l’abolition de la monarchie absolue de droit divin, la dissociation et l’indépendance des pouvoirs qui permettent la naissance d’une société nouvelle.

A la fin du XIX° siècle, nombreux sont ceux qui dans le sillage des Lumières et malgré les oppositions de l’Église catholique et du Pape, veulent obtenir la séparation des pouvoirs. Les débats sont violents, la république n’est pas encore bien assise. Ils aboutissent à la loi du 9 décembre 1905 qui instaure la séparation des Églises et de l’État. De cette séparation découle la neutralité de l’État qui assure dès lors l’égalité des citoyens face au service public, quelles que soient leurs convictions ou croyances. La laïcité devient en France l’un des principes fondamentaux de la République et les lois de la République prévalent sur les préceptes religieux.

ARTICLE 1er : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public. »
Par cet article, la laïcité répond à la devise de notre République :

  • Liberté : Liberté de conscience et liberté dans l’exercice des cultes.
  • Egalité : Nous avons tous le droit de pratiquer une religion, qu’elle soit chrétienne, musulmane, juive…, ou d’être athée, sans aucune discrimination.
  • Fraternité : Tolérance et respect envers les uns et les autres.

Aujourd’hui, avec la montée des fondamentalismes, la laïcité est redevenue un sujet de débats aussi virulent qu’il l’avait été avant et après la promulgation de la loi qui en avait fixé le cadre.

Séparation de l’Élise et de l’État, Le rire, n° 120, 20 mai 1905

Séparation de l’Élise et de l’État, Le rire, n° 120, 20 mai 1905

C’est donc quoi la laïcité ?

La laïcité est une exception de la France. Elle s’applique à la sphère publique et à la sphère privée et elle ne peut et ne doit faire de confusion entre l’une et l’autre.

Dans la sphère publique, la laïcité est le droit pour tous d’adhérer ou non à une religion, de pouvoir la vivre librement sans en être empêché. Dans la sphère privée, la religion relève de convictions personnelles.

La laïcité et l’école

La laïcité et l’école

La laïcité et l’école

Jean Effel, couverture du livre de Jean Cornec, La Laïcité, Sudel édit, 1965.

Jean Effel, couverture du livre de Jean Cornec, La Laïcité, Sudel édit, 1965.

La loi interdit dans les écoles, collèges, lycées publics, le port de signes ou de tenues manifestants une appartenance religieuse. Cette loi permet de rappeler les principes indissociables des valeurs d’égalité et de respect de l’autre et de rappeler que la laïcité est le fondement de l’école publique.

Les religions, sans exception, ne doivent pas en franchir les portes. L’école est un espace qui doit être un lieu d’apprentissage et de sérénité, un lieu où doit s’apprendre l’esprit critique. La loi sur le foulard de 2004, n’interdit pas son port sur la voie publique mais elle l’interdit, dans les écoles, collèges, et lycées. Celle de la burka, en 2010, interdit la dissimulation des visages dans l’espace public.

Les élèves se revendiquent souvent d’une religion ou d’une politique qui est celle de leur milieu social. La loi de 1905 est très claire. Il faut s’appuyer sur elle et dialoguer. L’école enseigne maintenant l’histoire des religions. Elle doit le faire avec plus de force encore parce que nos cultures, (art, architecture, littérature, philosophie,) chrétienne, juive ou musulmane, en sont largement imprégnées et sont la richesse de la France.

La laïcité n’est pas un repli identitaire

À un moment où les fondamentalistes manipulés par l’État Islamiste souhaitent provoquer la guerre civile, la laïcité est instrumentalisée par les partis racistes et xénophobes, travestie, sciemment dévoyée. Les partis extrêmes s’en emparent.

Le Front National dès 2010, s’est approprié la laïcité pour clamer bien haut la nécessité identitaire et exacerber les haines.

La loi de 1905 n’a jamais été un outil contre l’islam ou tout autre religion. Elle est au contraire la protection de toutes les croyances, de tous les croyants. La laïcité n’est pas une nouvelle religion et n’est pas non plus une négation de la religion.

Elle est la possibilité de vivre ensemble.

Bien comprise, elle est et sera le cœur de la République, son ciment. Elle en est une des valeurs fondamentales.

Heliane BERNARD

Autres articles traitant de la laïcité :

- Valérie DIREZ, Quand la laïcité et le fait religieux forment un couple harmonieux.

- Alexandre FAURE, Libres paroles : Marie-Thérèse Besson. (La Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine de France, première obédience maçonnique féminine au monde, répond au Crayon à l’occasion de la commémoration de la naissance de la Loi de 1905.)

Quand la Laïcité et le fait religieux forment un couple harmonieux.

 

separation-1905

Retour au listing