Les amateurs de rock ne sont pas armés.

Publié par Le Crayon

Lundi 30 novembre 2015 | Actualité

Plage_Aurelie

Hommage de Delphyne à sa sœur Aurélie.

Le 11 mai 2015, Jean-Marie de Peretti, journaliste et membre du conseil d'administration de Reporters sans frontières,  participait au débat sur la liberté d'expression que Le Crayon organisait autour du film Caricaturistes fantassins de la démocratie.
Aujourd’hui, à cause de ce qui s’est perpétré à Paris, le 13 novembre, nous le retrouvons avec une émotion immense.
Sa fille Aurélie, sa lumière et celle de toute sa famille, a été tuée, avec tant d’autres jeunes femmes et jeunes hommes dans l’horreur de cette nuit.
Nous voulons aussi rendre hommage à Aurélie en vous donnant à lire le texte que sa sœur Delphyne a écrit pour l’accompagner une fois encore.

DELPHYNE Lettre à Aurélie

Ma sœur,
My sister,
Ma petite rockeuse lumineuse,
Mon Aurel,
Je n’ai pas attendu ce maudit vendredi 13 pour comprendre l’intensité et la magie du lien qui nous a uni. Le lien de sœur, le lien du cœur.
Il ne s’invente pas, il se vit et se ressent.
J’ai eu la chance de le connaître.
- Nos éclats de rire dans l’enfance, sous l’œil attendri des parents
- Nos 4 mains au piano
- T’observer dessiner au fusain
- Nos regards échangés sans avoir besoin de parler
- Nos chamailleries d’adolescentes
- Nos bêtises insouciantes
- Nos gamelles à vélo
- Nos 420 qui chavirent
Autant de moments partagés qui nous ont amenées à être plus complices que jamais ces 15 dernières années.
Toi à Saint-Tropez
Moi à Londres.
La distance n’a pas effacé nos éclats de rire.
Ma sœur,
Tu pétillais de légèreté et de créativité. Tu étais cette petit rockeuse joyeuse et lumineuse, que tout le monde aimait, que moi j’admirais.
Aurel – ta lumière ne s’est pas éteinte ce maudit 13 novembre. Elle nous éclaire sur la voie à suivre, les voies que tu avais choisies, celle de la générosité, du partage, de la musique, de l’art et de la fête aussi… Par ces valeurs je trouverai la force pour continuer d’avancer.
Ma sœur – je ferai de mon mieux pour me consoler de ton absence chaque fois qu’il le sera nécessaire en me répétant :
« Ce qui compte ce ne sont pas les années qu’il y a eu dans la vie,
Mais la vie qu’il y a eu dans les années. »
Tu m’as comblée dans cette bulle d’amour pendant 33 ans.
ROCK IN PEACE ma sœur
Pace e Salute

Delphyne

aureliedeperretti

Dans son article titré « Mes larmes rejoignent celles d’Hugo et de Lamartine », paru ce jeudi 26 novembre 2015 dans Var Matin, Jean-Marie de Peretti , alias Aurélien Delph, a choisi de publier cette photo faite par Aurélie d’un plaqueminier au feuillage flamboyant.

Retour au listing