La chanson “Aïcha” jugée indésirable à l’école par le maire FN de Cogolin

Publié par Francis José-Maria

Vendredi 13 mai 2016 | AGORA

© Philippe Geluck © Philippe Geluck

Des comités de vigilance citoyenne sont nés dans chacune des communes ayant vu l’élection d’un maire du Front National. À travers Agora, ces comités nous tiennent informés des atteintes aux valeurs de la démocratie qu’elles auront pu observer. Aujourd’hui la parole est donnée au collectif de citoyens Place Publique de Cogolin (Var).

Après avoir interdit la représentation de danses orientales à une association, après avoir censuré un projet d’animation du centre de loisirs sur le thème des “différences”, le Maire de Cogolin Marc Etienne Lansade met la pression sur une école pour qu’elle retire la chanson “Aïcha” du spectacle qu’elle a préparée dans le cadre d’un projet pédagogique musical, validé par l’inspecteur, sur le thème d’un “voyage autour de la Méditerranée”, avec des chansons italiennes, grecques,  françaises, provençales etc...
L’ingérence politique du maire dans le projet pédagogique d’une école est une atteinte à la liberté des enseignants inacceptable. Le procédé qu’il utilise pour arriver à ses fins est quant à lui odieux.
Tout a commencé par l’annonce faite  à cette école que sa dotation financière allait être réduite de 64%, alors que celles allouées aux autres écoles  diminuaient  de 25%. La raison invoquée était que d’importants travaux de climatisation  étaient nécessaires dans l’école visée et qu’il fallait compenser cette dépense importante. Cet argument ne tient pas la route, puisque les dépenses d’équipement et d’entretien des bâtiments scolaires primaires sont bien à la charge des communes, indépendamment de la dotation allouée aux écoles pour financer leurs projets pédagogiques, leurs sorties et matériels scolaires. Par ailleurs, une baisse différenciée de cette dotation entre les écoles crée une rupture d’égalité des élèves devant le service public. Le motif invoqué est tombé de lui même quand on a appris que les travaux de climatisation ne concernait finalement pas cette école, mais un autre établissement scolaire de la commune.
Il y a eu ensuite la remarque faite lors d’un conseil d’école par l’adjointe aux écoles qui, alertée par quelques parents, a fait savoir que la présence de la chanson “Aïcha” dans le répertoire du spectacle projeté n’était pas la bienvenue.  Pour clôturer ce scénario lamentable, il y a enfin eu cet horrible chantage fait par le maire à l’école à qui il a proposé de rétablir la dotation à condition qu’elle retire la chanson Aïcha de son projet pédagogique et du spectacle!
Bien sûr, la Directrice de l’école et son équipe pédagogique ont peur des représailles. Le meilleur soutien que nous puissions leur apporter est de diffuser et de faire connaitre cette ignominie le plus largement possible. C’est la raison pour laquelle je vous l’adresse.

Merci pour votre aide.

Cordialement

Francis JOSE-MARIA, Président du collectif de citoyens Place Publique

Dernière minute : Sous la pression des représentants de l’institution scolaire, des syndicats et du mouvement de colère grandissant, le maire a fait marche arrière en renonçant à la baisse de la dotation à l’école Fontvieille. (mis à jour le 14 Mai)

Remerciements à Philippe Geluck

 

Le lamentable exemple de Cogolin nous donne envie de vous faire réécouter le père et la fille Le Pen dans Le Rap « Henin-Beaumont ».

Retour au listing